Les professionnels du Facilities Management

Le facilities management

Environnement / Energie

Indicateurs environnementaux

Le SYPEMI publie le guide des indicateurs environnementaux d’exploitation dédié aux bâtiments tertiaires. Cet outil est le fruit d’un travail conjoint entre les représentants des occupants et les exploitants. Il a vocation à servir de support à une démarche concertée entre l’exploitant et son client (propriétaire ou locataire).

A travers ce guide, le SYPEMI propose une méthode de sélection, de mise en place et de suivi d’indicateurs pour six thèmes environnementaux : les consommations d’énergie, les consommations d’eau, le confort thermique, la qualité de l’air intérieur, les déchets et les émissions de CO2.

Les indicateurs proposés pour chacun d’entre eux sont :

  • mesurables, avec des techniques déjà disponibles sur le marché ;
  • vérifiables, par le client ou un tiers ;
  • reportables, dans les rapports d’activité habituels de l’exploitant.

 

Téléchargez le guide des indicateurs environnementaux d’exploitation
Téléchargez le communiqué de presse

 

Certifications environnementales

NF HQE Bâtiments tertiaires en exploitation – V2 révision 2013

« Les enjeux de valeur verte de nos clients, de confort et de santé des occupants, d’optimisation des fluides et d’efficacité énergétique ont pour les prestataires de FM une véritable résonance. »

Par Gaëlle Comtet, responsable Service Méthodes et AMO, Pôle Outils et Méthodes d’Exploitation, Direction Technique Innovation et Performance de Cofely Services-GDF Suez.

La nouvelle certification NF HQE Bâtiments Tertiaires en Exploitation est désormais disponible. Parmi toutes les nouveautés de la version 2 du référentiel, quatre évolutions majeures sont à noter :

  • La séparation du référentiel en 3 axes distincts : Axe Bâtiment Durable, Axe Gestion Durable, Axe Utilisation Durable. Cette évolution implique la possibilité pour chaque acteur (propriétaire, exploitant ou donneur d’ordre, utilisateur) de se certifier indépendamment sur l’axe ou les axes qu’il maîtrise.
  • L’assouplissement des conditions pour permettre l’entrée en certification de bâtiment dont les performances sont suffisantes sans être nécessairement exceptionnelles. Cette évolution permet ainsi de s’inscrire dans un processus d’amélioration en continu. Cinq niveaux de performances sont ainsi créés : HQE Pass, HQE Bon, HQE Très Bon, HQE Excellent, HQE Exceptionnel
  • La création d’une ligne de support de communication qui visent à favoriser la promotion des démarches engagées et rendre visible au public les performances du bâtiment occupé.
  • La simplification du processus de certification avec une alternance d’audit sur site et d’audit documentaire sur un cycle de 5 ans.

Une ouverture de la certification au plus grand nombre
Si les exigences techniques n’ont pas subies de modifications majeures par rapport à la version 1 du référentiel, en revanche, la reventilation de ces exigences sur les trois axes permet à chaque acteur de valoriser son engagement et sa contribution à la performance environnementale globale du bâtiment. Par ailleurs, cette nouvelle version prévoit la possibilité pour un utilisateur de se certifier indépendamment des démarches engagées par le propriétaire. Enfin, l’abaissement du profil environnemental minimum à atteindre permet au plus grand nombre de s’inscrire dans démarches de certification HQE Exploitation.

Plus de souplesse, plus d’efficacité, plus de performance
Au-delà des évolutions de la certification NF HQETM Bâtiments Tertiaires en Exploitation – V2 qui engendre plus de souplesse dans sa mise en œuvre, il convient d’élargir la réflexion de la valeur ajoutée des certifications environnementales sur nos métiers. En effet, les enjeux de valeur verte de nos clients, de confort et de santé des occupants, d’optimisation des fluides et d’efficacité énergétique ont pour les prestataires de FM une véritable résonance. L’existence de ces référentiels met en avant, d’une part, l’importance du rôle de l’exploitant pour le maintien ou l’amélioration des performances du bâtiment et de l’environnement de travail des collaborateurs et, d’autre part, favorise des approches partenariales entre les différents acteurs pour garantir l’efficience des actions mises en œuvre sur les performances globales d’un bâtiment.